Lille-Nice

lille-nice.png

 

Incroyable scénario ce mercredi soir au Stadium Nord ! Menés et réduits à dix, les Niçois sont parvenus, au courage, à égaliser dans les toutes dernières secondes (4-4). Lille perd deux points précieux dans la course au titre.

On ne pouvait pas rêver meilleur scénario au Stadium Nord. Huit buts pour conclure en beauté cette année 2011. Avec cœur et avec Clerc, Nice ramène un point quasi inespéré de son long déplacement dans le Nord grâce à son défenseur, auteur du but de l’égalisation dans les ultimes secondes de la partie. Pour cette dernière rencontre avant la trêve, Rudi Garcia décidait de changer son système de jeu. Exit le 4-3-3. Avec Cole, Hazard, Payet et Sow, ce sont quatre joueurs à vocation offensive qui démarraient la partie. Et pourtant le salut lillois venait de l’arrière, quand Chedjou, le défenseur, reprenait un mauvais dégagement d’Ospina pour ouvrir la marque (1-0, 9e). Face à la pire attaque de Ligue 1, Lille, meilleure défense, avait semble-t-il fait le plus dur. Mais Civelli, d’une tête rageuse, remettait les deux équipes à égalité (1-1, 16e). Dans la foulée, le LOSC perdait Basa, touché au visage. Joe Cole réalisait un une-deux avec le nouvel entrant Rozehnal et concluait magistralement d’une frappe croisée hors de portée du gardien colombien (2-1, 27e). C’est pourtant Nice qui regagnait les vestiaires avec l’avantage au tableau d’affichage, grâce au doublé de l’opportuniste Dja Djédjé (35e, 2-2 et 45e+1, 2-3).

Lille revenait sur la pelouse avec de bien meilleures intentions, mais perdait Beria, à son tour blessé au genou. Nice, recroquevillé dans ses derniers mètres souffrait et finissait la partie à dix après l’expulsion de Mouloungui (71e). Hazard chauffait les gants d’Ospina (49e) avant d’offrir l’égalisation aux siens à dix minutes de la fin, suite à un excellent travail du duo Sow-Obraniak (3-3, 77e). Lille finissait fort et Balmont pensait bien donner la victoire aux Dogues d’un sublime enchaînement contrôle-poitrine et demi-volée qui finissait dans le petit filet d’Ospina (4-3, 88e). Incroyable renversement de situation, mais le public lillois n’était pas au bout de ses peines. La montée de la dernière chance de Clerc sur un ultime corner faisait mouche (4-4, 94e). La pire attaque du championnat venait de passer quatre buts à la meilleure défense. Un point qui permet aux Gym de sortir de la zone rouge. Les Lillois, quant à eux, manquent l’occasion d’être champions d’automne.

Le joueur du match :
Difficile de sortir un joueur du collectif niçois, tant cette équipe a fait preuve de vaillance, même réduite à dix et subissant l’incessant rouleau compresseur lillois. Néanmoins, François Clerc symbolise à lui tout seul l’abnégation du Gym en arrachant in-extremis un point mérité.

On n’a pas aimé :
Intenable pendant soixante-dix minutes, Eric Mouloungui  a dû abandonner ses coéquipiers prématurément en récoltant deux jaunes. L’infériorité numérique s’est rapidement fait sentir, puisque les Niçois ont encaissé deux buts en dix minutes.

 

logorubrique.png

 

 

René Marsiglia (entraîneur de Nice) : «On est passé par tous les états. Je suis partagé entre deux sentiments, on est revenu à dix contre onze, en allant chercher quelque chose. On s'est sorti d'une mauvaise affaire. Mais on est aussi passé à côté de quelque chose de très grand, qui nous aurait récompensés sur cette première moitié de Championnat. Eric Mouloungui se fait expulser, on perd un défenseur sur blessure. C'est presque une double peine, on se retrouve à dix et en plus c'était le joueur qui faisait le plus de mal au Losc. On est pénalisé. Il a fait deux fautes, il a pris deux cartons, c'est un attaquant, il ne maîtrise pas son geste. Tout ça est quand même très dommage.» (Avec AFP) lille-nice-2.jpg

 

Ogcn Ogcn Logo allianz riviera France Ogcn 1 Logo Sport