Cavendish, forcément

 

Le scénario a de bonnes chances de se reproduire mercredi. Et jeudi, vendredi aussi, sans parler du 14 juillet au Cap d'Agde.

Mark Cavendish (Sky), l'homme au cinq victoires par an sur le Tour de France depuis quatre éditions, a remporté la deuxième étape.

Cela peut sembler logique mais ne l'était pas à 100%. L'Anglais n'a cette année qu'un homme et demi pour lui chez Sky.

Il n'en a même pas eu besoin, demandant à Bernhard Eisel et Edvald Boasson Hagen de le laisser se débrouiller seul.

Ce qui montre sa marge. L'homme de l'Ile de Man a devancé d'une demi-roue l'Allemand André Greipel (Lotto-Belisol), qui avait lancé le sprint avec l'aide de son poisson pilote Greg Henderson, l'Australien Matt Goss (Orica-GreenEdge) et le Néerlandais Tom Veelers (Argos-Shimano), qui remplaçait aux avant-postes son leader Marcel Kittel (Argos), affaibli par des maux de ventre.

 

Il veut «marquer l'histoire»

Le "Cav" est arrivé au mois de juillet avec une excellente condition physique qui doit l'emmener jusqu'à la course en ligne des JO de Londres, dont il sera le grand favori.

Elle peut aussi lui permettre de conserver le Maillot Vert, dont il est le tenant.

Jusque-là, le champion du monde déclarait que ce n'était pas un objectif.

Ce n'est plus le cas. «Je vais essayer de le garder», a-t-il avoué.

Cavendish a-t-il changé d'avis ? On le soupçonnerait plutôt d'estimer qu'il a enfin le droit de le dire.

Avant, cela aurait pu être ressenti comme une dissonance dans une équipe dévouée au rêve de Bradley Wiggins.

Mais comment croire véritablement qu'il pouvait s'élancer avec la simple ambition d'être un parfait mais simple équipier, lui qui confie vouloir «marquer l'histoire» ? Son succès, le 21e sur le Tour, le laisse encore loin d'Eddy Merckx et son record de 34. Mais à 27 ans, il s'en approche à vitesse grand V.

 

 
2eme-etape.png

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 02/07/2012

 

Ogcn Ogcn Logo allianz riviera France Ogcn 1 Logo Sport