Brest-Nice

OGC Nice: le tonnerre à Brest, aussi?

 

Le Gym espère fêter sa qualification en Coupe par un 1er succès à l’extérieur en championnat

René Marsiglia a fouillé dans sa mémoire de défenseur (gaucher) et d'entraîneur, hier matin après le décrassage ensoleillé à Charles-Ehrmann.

« Avez-vous déjà croisé un joueur possédant une frappe comparable à celle de Fabian Monzon ? »était la question posée, après le missile de la 119e de l'ancien de Boca Juniors contre Dijon, synonyme de 3-3. « Je n'en suis pas sûr »,a songé le technicien. « Bruno Bellone, à l'époque de Monaco, possédait un gros coup de canon du gauche. Albert Emon était aussi puissant du gauche que du droit. Mais Monzon, c'est encore autre chose. Un phénomène ».

« Nice possède son Roberto Carlos », a glissé un supporter devant le grillage. Version argentine. « Fabian fait partie des canonniers qui n'ont pas besoin d'armer. Il n'a pas un gros balancier, il prend peu d'élan. C'est soudain, et ça fait peur »,note Marsiglia. D'aucuns ont vu des Dijonnais s'écarter dans le mur. Le coach sourit.

« Quand tu vois arriver ça, si tu es très courageux, tu restes, mais tu peux aussi y rester !».

Avec six buts marqués depuis le début de saison (4 penaltys en championnat, un en Coupe, un coup-franc en coupe de la Ligue), Fabian Monzon devient le buteur le plus prolifique du Gym. Renato Civelli, lui, en est à 5, battant son record de carrière. La paire argentine ne se porte pas mal.

« Pas de rupture physique à Brest »

Le Gym, lui, paraît aller de mieux en mieux, dans les esprits en premier chef. Mais il n'est toujours que 17e, alors que la Ligue 1 reprend demain soir à Brest. Une interrogation logique : les 120 minutes de Dijon ne vont-elles pas peser demain dans la rade ? « Je ne crains pas de rupture physique »,estime René Marsiglia. « Je l'aurais redoutée si on avait été éliminés. Là, non. Un match tous les trois jours, on peut le faire, même avec les absents de la CAN. On a des joueurs qui ont été ménagés et qui reviennent, comme Guié Guié et Hellebuyck. Civelli n'avait pas joué à Calais(contre Marck en Coupe de France). On a la possibilité de faire tourner un peu ».

Un peu, mais pas beaucoup. Pejcinovic (claquage à la cuisse) passait des examens hier. Son indisponibilité ne devrait pas être inférieure à un mois. Mabiala est parti en Turquie, mais en ce début d'année, l'OGC Nice s'est découvert un nouveau défenseur central, Kevin Gomis. Ce dernier n'a sans doute pas encore le rythme optimal. Mais la tête est solide, comme l'a témoigné sa prise de responsabilité dans les tirs au but. Un vent de renouveau dont il n'est pas le seul témoin. « On se sent bien, on sent que le coach nous fait confiance », lâche l'attaquant Franck Dja Djédjé. De quoi en finir avec la série des défaites à l'extérieur ? « On a besoin de ce déclic », relève Marsiglia.

fabian-monzon.jpg

 

17-12-2010-01-15-38.gif

Le groupe niçois

 

 

13/01 20h53 - Football, L1, 20e j

 

Touché en Coupe de la Ligue contre Dijon, Nemanja  Pejcinovic a rejoint Emerse Faé et Xavier Pentecôte à l'infirmerie niçoise pour au moins trois semaines. Coulibaly, Diakité, Mouloungui et Palun, partis disputés la CAN, sont également absent du groupe qui ira défier Brest samedi.


Le groupe niçois :


Fernandez, Ospina - Civelli, Clerc, Gomis, Malaga, Monzon - Abriel, Digard, Hellebuyck, Meriem, Sablé - Bahoken, Dja Djedje, Gonçalves, Guie Guie, Mounier.

A l'Ouest, rien de nouveau. Toujours pas de victoire à l'extérieur pour le Gym, qui ne s'est plus imposé en championnat loin de ses terres depuis près d'un an (26 février 2011 à Saint-Etienne). Ça commence à faire long. Très long.

Hier soir, à Francis-le-Blé, les joueurs de René Marsiglia méritaient beaucoup mieux que cette courte défaite, la première face aux Bretons depuis leur retour en L1 en 2010, mais ils se sont compliqué la tâche en encaissant de façon précoce un but, dès la 6e minute.

Voilà ce qui s'appelle être cueilli à froid. Presque un comble quand on évolue sous une température proche de zéro.

Proche de zéro, le Gym le fut également après cette entame royale pour le Stade Brestois, pourtant entré timidement dans ce match.

Car les vingt minutes suivantes furent un calvaire Monzon prenait l'eau sur son côté, le jeu en déviation et les appels de Roux faisaient mal, Ben Basat était intenable.

Bref, Brest dominait copieusement, et Nice, pas remis du but, les jambes coupées, en grosse difficulté, ne parvenaient pas à sortir le moindre ballon.

Seul Mounier, excellent, tirait son épingle du jeu, tout l'inverse d'un Guié Guié hésitant, qui a pratiquement raté tout ce qu'il a tenté.

Hellebuyck sur le poteau

Dommage, parce que passé le tonnerre, Nice eut vingt bonnes dernières minutes avant de rentrer aux vestaires, et surtout un quart d'heure de folie à la reprise.

Mais le Gym fut incapable de profiter de son énorme temps fort pour convertir une de ses nombreuses occasions.

Et s'il avait marqué à chaque fois lors de ses six dernières sorties officielles (14 buts tout de même durant cette période), cette fois, ce n'est pas passé. Ou plutôt, c'est passé tout près, par deux fois sur les montants. Il est vrai aussi que Ospina fut énorme et permit à son équipe de rester à flots jusqu'au bout du temps additionnel. A l'arrivée, les Niçois paient cher leur entame ratée. On ne les consolera pas en disant qu'ils ont produit du jeu, et activement participé à un spectacle très vivant. C'est la stricte vérité. C'est aussi la dure loi du foot.

 

17-12-2010-01-15-38.gif

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 16/01/2012

 

Ogcn Ogcn Logo allianz riviera France Ogcn 1 Logo Sport