Eric Vercoutre: "Sauver les emplois de SeaFrance, avant de battre Nice"

 

Son visage n'a guère pu vous échapper, sur toutes les chaînes. Secrétaire CFDT du comité d'entreprise de Seafrance à Calais, Eric Vercoutre, 50 ans, est le personnage en première ligne du combat mené pour la survie de la société de ferry.


Quelque 2000 emplois directs et indirects sont en jeu, dans une ville déjà mal en point. Mais Eric Vercoutre est aussi l'entraîneur du club amateur du CFA2, l'AS Marck, qui recevra samedi l'OGC Nice en 1/32e de finale de la Coupe de France. Entretien avec un vrai meneur d'hommes ayant le sens de la formule.


Pour l'instant, vous apparaissez comme celui qui a fait changer d'avis l'Élysée...


Il y a bien un ministre (Xavier Bertrand) qui m'a dit que j'étais irréaliste avec mon projet de reprise par la Scop. Et le lendemain, un Président qui a dit à son ministre qu'il fallait travailler avec nous. Je n'ai pas encore eu la chance de rencontrer M. le Président. Si c'est le cas, je l'inviterai au match. On a un bon aéroport à Marck , c'est tout près de Calais...


Le foot ne vous paraît-il pas chose un peu dérisoire en ce moment ?


Complètement. On ne va pas se mettre à comparer l'avenir de centaines de salariés à la joie que peut procurer une victoire en match. Ma priorité est donc de sauver les emplois avant, si possible, de battre Nice. Mais le foot permet de s'évader. On est un club amateur, composé de bénévoles, les joueurs travaillent. Le fait de rencontrer une Ligue 1, vous pouvez imaginer l'effet que ça nous procure (...) Cela fait 25 ans que je suis à Marck, on a démarré en division de district, j'ai repris l'équipe en régionale et on est monté de 7 divisions en 10 ans.


« 6000 spectateurs »


Certains de vos joueurs sont-ils employés de Seafrance ?


Oui, certains ont été licenciés, d'autres ont des CDD, certains y travaillent encore. Mais dans le vestiaire, je sais que les gars parlent très peu du boulot. Tous nos joueurs ne sont pas à Seafrance. On ne fait pas l'amalgame avec le sportif. On a des joueurs qui viennent de 4e division de district et d'autres qui ont fait des centres de formation de club pro, comme Mathieu Labbé, Matthieu Blanc, Guillaume Lépine, Vincent Ehouman, Rémy Creton...


Malgré la grisaille de l'actu, sent-on un engouement pour ce match de Coupe ?


Cela dépasse nos espérances. On comptait sur 2500-3000 spectateurs, on devrait passer à plus de 6000 personnes au stade de l'Épopée(1) à Calais. Ce sera la première fois qu'une équipe de L1 s'y produit. Un très beau stade, mais je préviens nos amis niçois, la pelouse n'est pas terrible.


Vous avez battu Reims (2e de Ligue 2 ) au tour précédent, cela peut vous donner des idées ?

Dans la vie, tout est possible. Bon, il y a un gouffre entre la L2 et la L1. Je suis allé voir Lille-Nice à Villeneuve d'Ascq (4-4). J'ai été franchement impressionné; ça joue vite, ça percute, il y a plein de joueurs qui peuvent faire la différence. On risque de souffrir quand même. J'ai vu un Civelli extraordinaire. Le coach (René Marsiglia) l'a fait passer avant-centre, et vous voyez comment il rabat le ballon du 4-4 pour Clerc ? Je connais le foot, voilà un sacré joueur...


« Si Nice pouvait, pour la recette...»


Suspendu, Civelli ne jouera pas samedi, pas plus que Mouloungui et les joueurs de la CAN, Palun, Coulibaly, Diakité...


Je sais, j'ai tout suivi. Mais une saison, ça ne se joue pas à onze, surtout pour un club de L1. Cela dit, je ne comprends pas pourquoi la Ligue ne fait pas jouer les clubs pros à Noël pour les laisser ensuite un peu tranquilles en janvier avec leurs internationaux. C'est le diktat de la télé et ses millions, sans doute.


René Marsigila, l'entraîneur de Nice, a construit sa carrière de joueur dans le Nord...


J'ai eu l'occasion de l'avoir au téléphone, j'ai senti un grand monsieur. On avait un problème de date. La Fédé voulait nous faire jouer le vendredi soir devant la télé. C'est avec beaucoup de chagrin que l'on a refusé, car cela ne pouvait pas coller pour nos joueurs et nos bénévoles qui travaillent. J'en avais parlé à René qui s'était montré très compréhensif. Il m'a dit qu'il ne s'opposerait pas à ce qu'on joue le samedi même si lui préférait le vendredi. Il a tenu parole.


Vous attendez-vous à un geste des Aiglons ?


Eh bien, je vais parler au nom du foot et du club de Marck. On joue en CFA2, on a un budget annuel de 350 000 euros. Si le président de Nice pouvait nous laisser la recette du match, cela nous ferait vivre pendant presque deux ans. De notre côté, on pourrait régler la note d'hôtel des Niçois.


Et vous, personnellement, comment vous y prenez-vous avec votre emploi du temps bien chargé ?


On est un club bien huilé, bien organisé, je peux compter sur le président, sur mes adjoints, heureusement. Mon fils a passé son DEF (diplôme d'entraîneur professionnel) à 23 ans. Je reprends l'équipe aujourd'hui (hier). Mon seul souci, c'est qu'en temps normal, je fais l'amour souvent. Or, en ce moment, je quitte le domicile à 7 heures du mat, et quand je rentre à 21 h, ma femme me fait sérieusement la gueule.Rigolant

 

1. Stade construit à l'issue de l'épopée de Calais en Coupe, finaliste en 2000.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 06/01/2012

 

Ogcn Ogcn Logo allianz riviera France Ogcn 1 Logo Sport