Nouveau projet

Le 20 octobre 2008, le nouveau député-maire de Nice Christian Estrosi relance le projet et annonce que le futur grand stade où évoluera l'OGC Nice sera livré « au plus tard en juin 2013 ».

Le nouveau projet prévoit une enceinte de 35 000 à 40 000 places sur le terrain de Saint-Isidore, dans la plaine du Var.

Le projet est confirmé par Christian Estrosi le 27 avril 2009 lors de la désignation de l'entreprise chargée de l'assistance à maîtrise d'ouvrage (AMO).

Celle-ci est confiée par la commission d'appels d'offres de la ville au cabinet de conseil Pricewaterhousecoopers, aidé par un cabinet d'avocats et deux bureaux d'études.

En octobre 2009, la ville suit les conclusions de l'assistant à maîtrise d’ouvrage en choisissant un partenariat public-privé pour financer la construction du stade, ce qui est, d'après le maire de Nice, la solution la plus avantageuse financièrement.

Elle permettrait d'obliger l'opérateur privé partenaire à payer des pénalités en cas de retard de construction ainsi que de financer les éventuels surcoûts.

Cette décision est entérinée quelques jours plus tard par le conseil municipal et l'appel d'offre est lancé.

En août 2010, le projet est publié par la Commission nationale du débat public.

Il prévoit un coût de construction de 166 millions d'euros hors taxes, soit environ 200 millions d'euros toutes taxes comprises. Cependant, en octobre 2010, le coût est revu à la hausse et atteint désormais 245 millions d'euros toutes taxes comprises.

Le magazine Capital indique qu'avec 634 euros par foyer fiscal, le nouveau stade niçois est celui qui a le coût le plus élevé parmi tous les stades en construction ou en rénovation retenus pour l'Euro 2016.

L'État français devrait apporter dix-huit millions d'euros et le département des Alpes-Maritimes vingt millions d'euros.

Dès la livraison du stade, son exploitation sera concédée durant vingt-sept ans à l'opérateur choisi, lequel assurera la maintenance et l'entretien en échange d'une redevance annuelle de la ville de Nice.

Celle-ci devrait s'élever à 8,3 millions d'euros.

Le 11 octobre 2010, au palais Masséna, le maire de Nice annonce que le projet « pressenti » est celui de l'entreprise Vinci Concessions du groupe Vinci, associée à la Caisse des dépôts et consignations et à South Europe Infrastructure Equity Finance (SEIEF), une filiale du groupe financier Dexia et de la Banque européenne d'investissement.

Ce projet fait appel à l'agence d'architecture Wilmotte & Associés de Jean-Michel Wilmotte.

Les deux autres projets en lice, celui de l'entreprise Bouygues associée aux Ateliers Jean Nouvel et celui de CARI, ne seraient donc pas retenus.

Le choix du projet Vinci Wilmotte a été confirmé lors du conseil municipal de la ville le 17 décembre 2010, après la phase de concertation publique du mois de novembre Le permis de construire a été déposé début 2011 et accordé fin juillet 2011, les travaux débutant début août 2011, pour se terminer en principe mi-2013 avant les Jeux de la Francophonie, compétition que la ville de Nice doit accueillir.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 19/05/2012

 

Ogcn Ogcn Logo allianz riviera France Ogcn 1 Logo Sport